2 NOUVEAUX ARTICLES A VOIR ET A REVOIR (PAGES 11 et 12)

  ÉCOLE POUR TOUS, TOUS POUR L'ÉCOLE

 

 

1 - PROGRAMME DES FESTIVITÉS DU 9 FÉVRIER

2 - Compte-rendu de la réunion d'organisation

3 - AFFICHES 2009

4 - INTERVENANTS

5 - GRÈVE DU 29 JANVIER 2009

6- VIDÉOS DIAPORAMAS

7- REVUE DE PRESSE

8- LIENS UTILES

9 - SOURIRES & CARICATURES

10 - LETTRE OUVERTE ...

11 - SOYONS VIGILANTS

12 - LES RECETTES DU CHEF OU FICHES DE CUISINE GOUVERNEMENTALE

13 - ECOLE EN DANGER !

14 – DIAPORAMA DE L’ Ecole de demain


VIDEO                                                                                DERNIÈRE MINUTE   

 

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VIDEO

 

Voici en vidéo la conception que se fait Xavier DARCOS des RASED. Il s’agit de la réponse de notre ministre à une question posée par le député de Seine Saint Denis Bruno Le Roux sur le devenir des personnels enseignants en RASED.

 

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.forum95.free.fr

N' hésitez -pas à nous faire part de vos réactions et de vos propositions :

Elles seront les bienvenues !

Ecrivez-nous !

fleche-d.gif (17006 octets)

forum95@free.fr

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 


  1 - PROGRAMME    

  RETOUR HAUT DE PAGE 


 

 

 

PROGRAMME DU VENDREDI 6 FEVRIER 2009
 




 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 


 2 - REUNION D'ORGANISATION 

  RETOUR HAUT DE PAGE 


 

 

Réunion d’organisation Vendredi 30 janvier 2009

Compte Rendu

 

Ecoles présentes : Paul BERT, Paul CEZANNE, Henri MATISSE, Vincent VAN GOGH, George BRAQUE, Collège Louis ARAGON.

Ecoles absentes :       Emile GLAY,  Ecole du CENTRE, Collège Camille CLAUDEL         

Distribution des cartes d’invitations :

Les écoles primaires et maternelles présentes ont fait le maximum pour distribution le carton d’invitations, certaines ont beaucoup de difficultés et des refus des enseignants.

Pour palier à l’information, dès Lundi 2 février 2009, toutes les écoles vont mettre des affiches dans les panneaux, ainsi que les Collèges.

Nous espérons que les trois écoles absentes pourront aussi le faire et ce joindre a vous le 6 février, Isabelle Bulayima fait le nécessaire avec l’école du centre, Carole FOURRE avec le collège CLAUDEL, il reste Emile GLAY si quelqu’un a des relations sur cette école n’hésiter pas de nous le faire savoir.

 

       ORGANISATION

 

-         Invitation à Mr le Maire et Mr Carpentier à 20 h 00  - FAIT

 

Mr Carpentier ma contacté aujourd’hui, il sera présent.

 

-         Demande de matériels à Mme PROVOT.

 

Mr ELHANI Sami voit dès Lundi 2 février avec la Mairie est nous tiens informés :

Tables pour dresser un buffet et environs 2 pour mettre un peu de documentation.

 sacs poubelles,

10 panneaux d’affichage,

Rétroprojecteur, enceintes, sono, micro pour brancher sur un ordinateur portable,

Avoir le rétroprojecteur  pour mercredi à l’école Van Gogh pour faire des essais.

Avoir la salle pour 18 h 15, heure prévus pour toutes les personnes disponibles à venir mettre en place.

 

 

 

-            Contacter la presse de la MAIRIE et la presse départementale – FAIT

 

 En attente de réponse pour Lundi 02/02 ou mardi 03/02 – Je  vous tiens informé.

 

-         Pétition : Signez pour la maternelle, Sauvons les RASED, Un pays – Une Ecole –Notre avenir. FAIT

 

Elles seront à la disposition des parents.

 

-         Banderoles des écoles :

 

Chaque école aura 1 panneau d’affichage (il me semble 1 m de large sur 2 m de haut) , pour mettre de l’information sur l’école.

 

-         Décoration de la salle.

 

Les enseignants (Lucienne) vont voir pour faire des affiches pour décorer la salle en forme de slogan.

 

-         Diffusion Vidéo et diaporama. Marjorie, Aude et Isabelle -   FAIT

Parodie des parents d’élèves ! http://sections.se-unsa.org/94/spip.php?article201

Darcos sur les RASED : http://sections.se-unsa.org/94/spip.php?article201

Diaporama : un sur les réformes, un sur les évaluations CM2, un réalisé par les 3 enseignantes.

Le pamphlet entre le "Président et le Ministre"

Marjorie ont te fait confiance pour l’organisation de la diffusion des documents

 

-         Discours :

 

Mme Lucienne GIL (enseignante école VAN GOGH) et Mr Frédéric FEURY (parent d’élève Paul bert) feront un discours d’introduction.

 

-         Buffet :

Prévoir des assiettes plastiques, verre plastiques, serviettes papier, cuillère plastique, café.

Les personnes présentes se sont distribuées le matériel.

Idées supplémentaires prises :

1 -Avoir un stand à la caisse des écoles au nom de toutes les écoles pour continuer l’information sur l’école publique gratuite en danger avec la participation des enseignants.

 2- Demander une rubrique à la Mairie sur le journal d’informations municipales et locales de MONTIGNY.  Isabelle Bulayima dans le cadre des rassemblements des associations pourra sûrement en faire la demande  tous ensemble et désigner une personne pour les articles qui seront évidemment validés par tous.

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 3 - AFFICHES-FLYERS 2009

  RETOUR HAUT DE PAGE     


 

 

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 4 - INTERVENANTS

     RETOUR HAUT DE PAGE  .


 

 

 

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 5 - GRÈVE DU 29 JANVIER 2009          

 RETOUR HAUT DE PAGE  .   


 

 

 

Pour les photos DE LA GRÈVE : cliquez !

 

  RETOUR AU DEBUT DE PAGE 

 

 

 

Ecoles : puissante mobilisation

Pour les photos : cliquez !

Une nouvelle fois, après la journée du 20 novembre, les enseignants des écoles se sont massivement mobilisés aux côtés de l’ensemble des salariés : près de 70 % d’entre eux sont en grève aujourd’hui et de nombreuses écoles sont fermées. Le ministre de l’Education nationale et le gouvernement resteront-ils sourds au message que lui envoient, une nouvelle fois, plusieurs centaines de milliers d’enseignants des écoles ?

L’avenir de l’école et la réussite de tous les élèves méritent mieux qu’une suite d’annonces spectaculaires.

Alors que l’emploi se trouve au coeur des préoccupations des français, le gouvernement doit revenir sur sa volonté de diminuer le nombre d’enseignants et le nombre de postes au concours.

Le SNUipp demande au président de la République d’appliquer à tous les niveaux d’enseignement ce qu’il considère essentiel pour les lycées, c’est-à-dire le maintien des moyens y compris lorsque le nombre d’élèves diminue.

Comment comprendre la suppression de postes d’enseignants spécialisés et de postes au concours dans les écoles, alors que 14 000 élèves supplémentaires sont attendus en septembre 2009 et que les effets de la crise et des inégalités sociales ne restent pas à la porte des écoles ? Le Ministre de l’éducation doit cesser de se dérober à tout véritable dialogue social, comme il l’a fait lors de la négociation préalable, et engager de véritables négociations sur l’ensemble de la politique éducative : maternelle, RASED, aide personnalisée, formation professionnelle, revalorisation du métier d’enseignant, ...

Qui peut croire un seul instant qu’avec un horaire diminué, des programmes plus lourds, moins d’enseignants, des RASED fragilisés, des dispositifs d’aides improvisés, les élèves pourraient mieux réussir à l’école ?

L’avenir de l’école et la réussite de tous les élèves nécessitent que le Ministre prenne la mesure de la colère et du rejet que provoque sa politique éducative et budgétaire et réponde sans tarder à cette exigence de dialogue social. Sans réponse de sa part, le SNUipp appelle les enseignants à poursuivre la mobilisation dès le mois de février dans le cadre de la préparation de la rentrée prochaine et à participer aux actions interprofessionnelles.

Paris, le 29 janvier 2009

Pour les photos : cliquez !

 

  RETOUR AU DEBUT DE PAGE 

 

 

 

 

Kamel Ould Bouali
Secrétaire Départemental

 

1)  Puissante mobilisation dans les écoles du Val d’Oise

Une nouvelle fois, le 29 janvier les enseignants des écoles du Val d’Oise se sont massivement mobilisés aux côtés de l'ensemble des salariés ……

Photos et suite du communiqué sur : http://95.snuipp.fr/spip.php?article1100

 

2)  Mairie d’Argenteuil : procédure de licenciement d’un enseignant

Un directeur d’école d’Argenteuil, fait l’objet d’une procédure de licenciement de la part de la mairie pour un différend survenu dans le cadre de ses fonctions d’animateur sur le temps du midi. Le motif avancé ne justifie nullement la sanction annoncée. Le licenciement est disproportionné au regard du reproche formulé et le procédé utilisé interroge sur les intentions réelles de la mairie.

Lire la suite, signez et faites signer massivement la pétition : http://95.snuipp.fr/spip.php?article1102

Vous pouvez signer directement en ligne : http://95.snuipp.fr/Petition

3)  Evaluations CM2 :

Avec le fichier Excel, fourni par le ministère pour la saisie des résultats de l’évaluation CM2, les collègues appliquant la consigne syndicale de non passation des items correspondant à des notions non étudiées ne pourront pas exploiter les données saisies car les synthèses produites ne gèrent pas l’absence de réponse.

 

Un fichier Excel, disponible sur le site du SNUipp ( http://95.snuipp.fr/spip.php?article1088 ), permet de neutraliser des items. C’est une adaptation du logiciel « officiel ». Ce fichier permet :

- de marquer les items non évalués dans la bande rouge de la feuille de saisie des items ;

- d’avoir des synthèses collectives et individuelles prenant en compte les items non évalués ;

- d’imprimer la feuille anonymée pour transmission. Cette feuille liste le nombre d’items réussis par élève pour chaque domaine.

 

Diaporama qui peut servir lors des réunions avec les parents :  http://www.snuipp.fr/spip.php?article6135

 

 

 

  RETOUR AU DEBUT DE PAGE 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 6 - DIAPORAMAS-VIDÉOS   

 RETOUR HAUT DE PAGE  .   


 

Pour les photos DE LA GRÈVE : cliquez ICI !

 DIAPORAMA DE L’ Ecole de demain

Parodie des parents d’élèves ! http://sections.se-unsa.org/94/spip.php?article201

Darcos sur les RASED : http://sections.se-unsa.org/94/spip.php?article201

 

 

 

 

 

 

 

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 7 - REVUE DE PRESSE   

  RETOUR HAUT DE PAGE 


lire l'article-252147-1030669.html


Fait du jour : Rased : 250 000 signatures et après ?
Une semaine après le dépôt des motions en faveur des Rased, quel avenir pour ce
dispositif ? Nous interrogeons Loïc Douet, vice-président de la FNAREN, une
association de maîtres des Rased.
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2009/02/03022009Accueil.aspx




- Editorial : 5000
La circulaire a été signée il y a une semaine, le recrutement a commencé cette
semaine, et un premier bilan sera fait fin février. Non, ce n’est pas la
première mesure annoncée après le succès de la grève de jeudi. C’est la mise en
œuvre du recrutement des nouveaux « médiateurs » chargés de lutter contre
l’absentéisme à l’Ecole. Car, explique le ministre, « l'absentéisme mène au
décrochage, qui conduit à l'échec scolaire, lequel mine l'insertion
professionnelle et sociale des jeunes ».
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2009/02/03022009Accueil.aspx


 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 7 - LIENS UTILES 

  RETOUR HAUT DE PAGE 


           SYNDICAT ENSEIGNANT SNE

www.e-monsite.com/vangoghfcpe


http://95.snuipp.fr

 

 

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 9 - SOURIRES & CARICATURES

  RETOUR HAUT DE PAGE 


 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 9 - POINT DE VUE

  RETOUR HAUT DE PAGE 


 

  Lettre d'un instituteur de Colomiers (31) à son inspecteur 

"En conscience, je refuse d'obéir !"
Lettre d'un instituteur de Colomiers (31) à son inspecteur


Colomiers, le 6 novembre 2008

Monsieur l'Inspecteur,

Je vous écris cette lettre car aujourd'hui, en conscience, je ne puis plus me taire ! En conscience, je refuse d'obéir.

Depuis un an, au nom des indispensables réformes, un processus négatif de déconstruction de l'Education Nationale s'est engagé qui désespère de plus en plus d'enseignants. Dans la plus grande précipitation, sans aucune concertation digne de ce nom, au mépris de l'opinion des enseignants qui sont pourtant les « experts » du quotidien sur le terrain, les annonces médiatiques de « réformes » de l'école se succèdent, suscitant tantôt de l'inquiétude, tantôt de la colère, et surtout beaucoup de désenchantement et de découragement. La méthode est détestable. Elle témoigne de beaucoup de mépris et d'arrogance vis-à-vis de ceux qui sont les premiers concernés. La qualité d'une réforme se juge autant par son contenu que par la façon dont est elle est préparée, expliquée et mise en oeuvre. L'Education Nationale n'est pas l'armée ! Il n'y a pas d'un côté ceux qui décident et d'un autre côté ceux qui exécutent ! L'honneur de notre métier est aussi de faire œuvre de raison, de critique et de jugement.

Aujourd'hui, la coupe est pleine ! Le démantèlement pensé et organisé de l'Education Nationale n'est plus à démontrer tant les mesures décidées et imposées par ce gouvernement l'attestent au grand jour : des milliers de suppressions de postes qui aggravent une situation d'enseignement déjà difficile, la diminution du volume horaire hebdomadaire, la préférence accordée à la semaine de 4 jours, pourtant dénoncée par tous les chrono biologistes, l'alourdissement des programmes scolaires malgré une rhétorique qui prétend le contraire, la suppression des IUFM, la disparition annoncée des RASED alors qu'aucun bilan de leur action n'a été réalisé, la réaffectation dans les classes des enseignants travaillant pour les associations complémentaires de l'école, ce qui mettra à bas grand nombre de projets éducatifs dont l'utilité n'est plus à démontrer, la mise en place d'une agence chargée du remplacement avec l'utilisation de vacataires, la création des EPEP où les parents et les enseignants seront minoritaires dans le Conseil d'Administration, la dévalorisation du métier d'enseignant dans les écoles maternelles et les menaces qui pèsent sur celles-ci, la liste est longue des renoncements, des coupes franches et finalement des mauvais coups portés à notre système éducatif. Sans compter, ce qui m'est le plus insupportable, l'insistance à dénoncer le soit disant « pédagogisme », c'est-à-dire les mouvements pédagogiques qui, depuis des décennies, apportent des réponses innovantes, crédibles, raisonnables à l'échec scolaire.

Le démantèlement des fondements de l'Education Nationale est un processus que je ne peux accepter sans réagir. L'objet de ma lettre est de vous informer que je ne participerai pas à ce démantèlement. En conscience, je refuse de me prêter par ma collaboration active ou mon silence complice à la déconstruction d'un système, certes imparfait, mais qui a vocation à éduquer et instruire, à transmettre tout autant un « art de faire » qu'un « art de vivre », en donnant toutes ses chances à chaque élève, sans aucune distinction.

1. Les « nouveaux » programmes constituent une régression sans précédent. Ils tournent le dos à la pédagogie du projet qui permet aux élèves de s'impliquer dans les savoirs, de donner du sens à ce qu'ils font, de trouver des sources de motivation dans leur travail. Cette vision mécaniste et rétrograde des enseignements, qui privilégie l'apprentissage et la mémorisation, va certainement enfoncer les élèves en difficulté et accentuer l'échec scolaire. Ces programmes sont conçus pour pouvoir fournir des résultats « quantifiables, publiables et comparables » Or, « en éducation, tout n'est pas quantifiable, ni même évaluable en termes d'acquisitions immédiatement repérables ». (Philippe Meirieu). Nous sommes bien dans une logique d'entreprise et de libéralisation de l'école. Désormais, les enseignants seront évalués sur les progrès des acquis des élèves, c'est-à-dire sur la progression des résultats chiffrés. C'est notre liberté pédagogique qui est ainsi menacée. Dans la mesure où les programmes de 2002 n'ont fait l'objet d'aucune évaluation sérieuse et que d'autre part nous ne savons toujours pas qui a élaboré et rédigé les programmes 2008, d'ailleurs sans aucune concertation digne de ce nom, nous sommes en présence d'un déni de démocratie et de pédagogie. Pour toutes ces raisons, je considère que ces programmes sont totalement illégitimes. C'est pourquoi en conscience, j'ai décidé de ne pas les appliquer et de continuer à travailler dans l'esprit des programmes de 2002.

2. Tout particulièrement, je refuse de m'inscrire dans la logique d'une « Instruction morale et civique » aux relents passéistes. C'est une insulte faite aux enseignants et aux élèves de penser que l'inscription d'une règle de morale au tableau, apprise par cœur par les élèves, fera changer un tant soit peu leur comportement ! Aujourd'hui, plus que jamais nous avons besoin de mettre en place dans nos classes des dispositifs qui offrent aux élèves la possibilité de se connaître, de se rencontrer, d'échanger, de se respecter. Nous avons besoin d'une éducation au vivre ensemble, car si nous ne le faisons pas, qui le fera ? L'éducation citoyenne est l'un des piliers de l'école pour construire une société ouverte, démocratique et libérée de l'emprise de la violence. La priorité aujourd'hui est d'apprendre aux élèves à se respecter, à réguler positivement les inévitables conflits du quotidien par la parole, la coopération, la médiation. Aujourd'hui, comme hier, en conscience, j'ai fait le choix d'une éducation citoyenne qui permette aux élèves de découvrir leur potentiel créatif et émotionnel au service du mieux vivre ensemble.

3. La réduction du volume horaire de la semaine scolaire de 26h à 24h apporte des bouleversements tels dans l'organisation des écoles, qu'il faut aujourd'hui parler de désorganisation structurelle. Le dispositif d'aide personnalisée pour « les élèves en difficulté » n'est qu'un prétexte démagogique pour supprimer les RASED. Ce dispositif porte un coup fatal à la crédibilité du métier d'enseignant. En effet, de nombreuses expériences pédagogiques d'hier et d'aujourd'hui ont montré et montrent que la difficulté scolaire se traite avec efficacité avec l'ensemble du groupe-classe, dans des dynamiques de coopération, de tutorat, de travail différencié, d'ateliers de besoin, etc. Le dispositif actuel considère que la difficulté doit être traitée de façon « médicale », avec un remède individuel, en dehors de toute motivation et de tout projet de classe. C'est une grave erreur. Ce dispositif est une faute contre l'esprit et la pédagogie. Dès la rentrée, en conscience, je n'appliquerai pas ce dispositif d'aide personnalisée tel qu'il est actuellement organisé. Ces deux heures seront mises à profit pour mener à bien un projet théâtre avec tous les élèves de la classe, répartis en demi groupe, le mardi et le vendredi de 15h30 à 16h30, ceci avec l'accord des parents.

4. Les stages de remise à niveau pendant les vacances scolaires à destination des élèves de CM1 et CM2 sont eux aussi des dispositifs scandaleux et démagogiques destinés à caresser l'opinion publique dans le sens du poil. Mis en place sous le motif populiste qu'il est anormal que seuls les riches peuvent se payer des heures de soutien scolaire (dixit notre , ces stages dont certains ne seront pas animés par des enseignants, ne règleront en rien l'échec scolaire. Ils sont destinés à appâter les enseignants qui souhaitent effectuer des heures supplémentaires avec bonne conscience, alors que dans le même temps des milliers de postes sont supprimés, aggravant ainsi les conditions de travail dans les écoles. Parce que je respecte profondément les élèves qui ont des difficultés et leurs parents et que je suis persuadé que ce dispositif est néfaste, je continuerai à refuser de transmettre des listes d'élèves pour les stages de remise à niveau.

5. La loi sur le service minimum d'accueil dans les écoles les jours de grève n'est pas autre chose qu'une loi de remise en question des modalités d'application du droit de grève. Il est demandé aux enseignants de se déclarer gréviste 48h avant la grève afin que ce service minimum d'accueil puisse se mettre en place. Ce qui signifie clairement que les enseignants doivent collaborer à la remise en cause du droit de grève ! On ne saurait être plus cynique ! La commune de Colomiers ayant décidé de ne pas organiser ce service minimum d'accueil les jours de grève, il devient inutile de se déclarer 48h avant. En conscience, je ne me déclarerai pas gréviste à l'administration et j'informerai les parents trois jours avant de mon intention de faire grève.

Dans son dernier ouvrage, « Pédagogie : le devoir de résister », Philippe Meirieu écrit : « Nous avons le devoir de résister : résister, à notre échelle et partout où c'est possible, à tout ce qui humilie, assujettit et sépare. Pour transmettre ce qui grandit, libère et réunit. Notre liberté pédagogique, c'est celle de la pédagogie de la liberté. […] Nous n'avons rien à lâcher sur ces principes pédagogiques. Car ils ne relèvent pas de choix passagers de majorités politiques, mais bien de ce qui fonde, en deçà de toutes les circulaires et de toutes les réformes, le métier de professeur dans une société démocratique.

Et devant les errances de la modernité, le professeur n'a rien à rabattre de ses ambitions, bien au contraire… Face à la dictature de l'immédiateté, il doit travailler sur la temporalité. Quand, partout, on exalte la pulsion, il doit permettre l'émergence du désir. Contre les rapports de force institués, il doit promouvoir la recherche de la vérité et du bien commun. Pour contrecarrer la marchandisation de notre monde, il doit défendre le partage de la culture. Afin d'éviter la sélection par l'échec, il doit incarner l'exigence pour tous.

Personne ne prétend que la tâche est facile. Elle requiert détermination et inventivité. Echanges, solidarité et travail en équipe. Elle exige du courage. Et la force de nager à contre-courant. Il ne faut pas avoir peur de la marginalité. Car, plus que jamais et selon la belle formule de Jean-Luc Godard, « c'est la marge qui tient la page. » »

Si aujourd'hui je décide d'entrer en résistance et même en désobéissance, c'est par nécessité. Pour faire ce métier, il est important de le faire avec conviction et motivation. C'est parce que je ne pourrais plus concilier liberté pédagogique, plaisir d'enseigner et esprit de responsabilité qu'il est de mon devoir de refuser d'appliquer ces mesures que je dénonce. Je fais ce choix en pleine connaissance des risques que je prends, mais surtout dans l'espérance que cette résistance portera ces fruits. J'espère que, collectivement, nous empêcherons la mise en œuvre de ces prétendues réformes. Cette action est une action constructive car dans le même temps il s'agit aussi de mettre en place des alternatives pédagogiques concrètes, raisonnables et efficaces.

Monsieur l'Inspecteur, vous l'avez compris, cette lettre n'est pas dirigée contre vous, ni votre fonction, mais je me dois de vous l'adresser et de la faire connaître. Le propre de l'esprit responsable est d'agir à visage découvert, sans faux-fuyant, en assumant les risques inhérents à cette action. C'est ce que je fais aujourd'hui.

Je vous prie de recevoir, Monsieur l'Inspecteur, l'assurance de mes sentiments déterminés et respectueux.

Alain REFALO

Professeur des écoles

Ecole Jules Ferry, Colomiers (31)

Lettre adressée à Mr l'Inspecteur de l'Education Nationale de la 17ème circonscription de la Haute-Garonne.

 

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 

  Lettre d'un instituteur à SON IEN 

 

 

Monsieur/Madame l’IEN,

 Nous avons en charge de faire passer aux élèves de CM2 les évaluations nationales du 19 au 23 janvier.

 Nous considérons que les évaluations sont utiles, mais qu’elles doivent avant tout servir à l’élève et à sa famille et constituer des repères pour les enseignants dans la construction du projet pédagogique de l’école, de la classe et pour chaque élève.

Pour autant, cette évaluation, tel qu’elle est conçue, nous pose problème.

 Avec des passations d’épreuves entre le 19 et le 23 janvier, donc en milieu d’année scolaire, nous sommes loin d’avoir atteint «  le terme de l’école primaire » annoncé pour ces évaluations.. 

Un tel processus en milieu d’année ne peut servir de base à un bilan des acquis des élèves en fin de cycle ni à une évaluation des performances du système scolaire

De plus, nous considérons que faire faire des exercices sur des notions non étudiées est un non sens pédagogique.

 La conception du logiciel de saisie est aussi contestable car le codage binaire (échec ou réussite) ne permet pas de rendre compte, finement, du degré d’acquisition de telle ou telle notion.  

Les conditions fixées par le ministère vont donc pour nous, créer de l’échec et  stigmatiser les élèves au lieu de les motiver et de les encourager, sans parler de la réaction des familles aux résultats qui risquent de ressortir dans ces conditions.

 Enfin, nous restons profondément circonspects devant l’utilisation qui pourrait être faite des résultats.

 .En effet, s’il est important de pouvoir mesurer à l’échelle d’une circonscription, d’un département, d’une académie, le degré d’acquisition du socle commun par les élèves et de tenter d’y apporter des améliorations (formation des enseignants, pilotage du système éducatif …), nous sommes en désaccord avec la diffusion publique des résultats de ces évaluations qui pourrait apparaître comme un palmarès des écoles. Ces évaluations doivent avant tout servir à l’élève et à sa famille et constituer des repères pour les enseignants dans la construction du projet pédagogique de l’école, de la classe et pour chaque élève.

 C’est pourquoi le conseil des maîtres a décidé de suivre la consigne syndicale du SE-UNSA : faire passer ces évaluations en neutralisant les exercices correspondant à des notions non encore abordées en classe, en communiquer les résultats aux familles, faire l’analyse des réussites et des échecs afin de préparer le travail de remédiation ou d’approfondissement nécessaire.

Considérant que la conception du logiciel de l’administration proposé pour la saisie locale n’est pas adaptée pour faire la synthèse des résultats, nous nous appuierons sur un autre outil pour effectuer ce travail. Par ailleurs, nous ne renseignerons pas l’application web de l’académie. Nous avons décidé de ne pas participer à ce palmarès des écoles. Pour autant, nous vous transmettrons la synthèse des résultats de notre école correspondant à la réalité des items évalués.

 

Formule de politesse

 Le conseil des maîtres de l’école de ………………………………

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 



 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  11 - SOYONS VIGILENTS ...

    RETOUR HAUT DE PAGE 


 


                             SOYONS VIGILANTS SUR L’AVENIR DE L’ECOLE


 

Beaucoup de décisions ministérielles arrivent dans nos écoles, quelquefois malgré des avis défavorables des spécialistes de l’école et du rythme de l’enfant. Des lois sont votées très rapidement, sans concertation….


 

MATERNELLE

 

La maternelle est gravement remise en cause : création des « jardins d’éveil » avec personnel non enseignant pour les enfants de 2 à 3 ans, payants pour les familles, dans les locaux de l’école et sans moyens supplémentaires. Le Rhône sera dans les premiers départements à expérimenter ce dispositif à la rentrée prochaine. Tout laisse à croire que, dans les années à venir, le gouvernement s’attaquera aux petites et moyennes sections pour se caler sur la majorité des pays de l’Union Européenne dans lesquels la scolarité débute à 5 ans.


 

EPEP

 

Établissements Publics d’Enseignement Primaire

 

Ils remplaceront les écoles primaires actuelles et seront gérés par un chef d’établissement. Les conseils d’école laisseront place à des conseils d’administration. Leurs 13 membres (beaucoup d’élus locaux, seulement 3 enseignants) géreront le fonctionnement et les orientations pédagogiques. Les écoles de proximité seront amenées à disparaître au profit de grands groupes scolaires.

L’Association des Maires de France s’est positionnée contre en 2006 mais la loi sera examinée en janvier et appliquée à la rentrée 2009.


 

BASE ELEVES

 

Base Elève, fichier national centralisant les informations concernant les élèves, a été généralisé à la rentrée 2008, malgré les protestations des enseignants et des parents d’élèves. Ces derniers craignent en effet que les informations, gardées pendant 35 ans puissent être recoupées avec les fichiers d’autres administrations (fichier CAF, Edwige…) De plus, dans son article 9, l’arrêté concernant Base Elève ne laisse plus la possibilité aux parents de refuser que leurs enfants soient inscrits sur ce fichier (malgré la loi informatique et liberté de 1978).


 

AGENCE NATIONALE DE REMPLACEMENT

 

Dès la rentrée, les remplacements ne seront plus forcément assurés par des enseignants. Afin « d’optimiser » le fonctionnement des remplacements, des vacataires  (employés non qualifiés,  ne faisant pas partie de l’Education Nationale, précaires, recrutés au coup sur coup) seront envoyés dans les classes sans formation.


 

EFFECTIFS

 

Moins d’enseignants pour + d’élèves

 

6 000 postes supprimés pour 16 400 élèves en plus : comment X. Darcos peut-il prétendre que le taux d’encadrement augmente ?


 

FIN DES IUFM

 

 

Dès l'année prochaine, les IUFM (Instituts Universitaires de Formation des Maîtres) seront supprimés. Les personnes qui auront réussi les concours de recrutement des professeurs seront mis dans des classes sans formation. Cette formation est pourtant nécessaire à un enseignement de qualité prenant en charge toutes les matières, du matin au soir, face à un public de plus en plus difficile...


 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  12 - LA CUISINE DU CHEF au GOUVERNEMENT ...

  RETOUR HAUT DE PAGE 


 

 

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 


 

 

VOS ENFANTS POURRAIENT-IL SE

 PASSER

 

DE LA MATERNELLE ?

 

Nous parents, nous inscrivons nos enfants à l'école maternelle parce que nous connaissons la tâche magnifique et indispensable des maîtres de maternelle : apprendre à parler, donner du vocabulaire, initier à la culture, socialiser, préparer l’apprentissage de la lecture et aussi le rôle essentiel de cette école pour lutter contre les inégalités sociales.

Nous savons tous qu’une des conditions pour l’inscription à l’école maternelle est que les enfants soient propres (et ne portent donc plus de couches !). Pour pallier aux accidents, habiller les enfants et gérer des tracas affectifs au quotidien, il y a des assistantes maternelles (agents dites "ATSEM").

À l’école maternelle, contrairement à la garderie, les jeunes enfants ont des objectifs très ciblés dans un temps déterminé, où alternent le jeu et l’apprentissage pur, qui leur permettent un réel développement moteur, intellectuel, physique, affectif, sensoriel.

Les enseignants de maternelle ont une mission professionnelle essentielle, qui ne doit pas être dénigrée. L'école maternelle permet à beaucoup d'enfants de combler de grandes lacunes, afin d’intégrer l’école primaire avec de fortes chances de réussite. L’école maternelle permet le développement de la langue, des sons et de la musicalité des mots. L’école maternelle apprend aussi aux parents à être des acteurs responsables dans le développement de leurs enfants. Les maîtres et maîtresses de niveau bac +5 ont été formés de façon professionnelle ; ils savent répondre de façon très pédagogique au stress parental et aussi juger de façon très objective les enfants, ce qui permet de détecter très tôt les problèmes ou les facilités des enfants.

Leur formation se doit d'être pointue et reconduite chaque année. Pourquoi priver nos enfants de ce que l'on nous a offert  de mieux dans nos jeunes années ?

L'école maternelle par son concept même n’est pas une garderie ; nos enfants y acquièrent des principes et des valeurs. L'école maternelle c’est le code social du tout petit. On ne met pas l’enfant à l’école pour s’en débarrasser ou faire plaisir au Maire ; mettre un enfant à l’école maternelle c’est un acte citoyen, dans le sens où l’enfant apprend dans un lieu protégé et que les parents ont l’obligation de respecter les règles de l’école -horaire, habillement, propreté, bien être de l’enfant, alors que la gardienne ou la nounou n'ont qu'à se plier au bon vouloir des parents : retard, oublis de goûter, pyjamas douteux... Le fait de venir chercher son enfant à l’école, de le tenir par la main pour lui faire traverser la rue ou le regarder dire au revoir à l’institutrice avec des yeux où la joie brille, parmi tous les autres enfants qui comme lui ont partagé des moments sans les parents mais dans la sécurité, c’est aussi une relation très forte. Le mélange social permet aussi aux adultes de faire des grands progrès. L'école maternelle coûte cher en dépense de fonctionnement et de recherche, mais c’est un élément fondamental de notre république laïque qui se veut égalitaire et fraternelle. Le savoir conduit à la tolérance et à la dignité de l’être, seule l’ignorance conduit à leur perte. Ce travail est nécessaire, utile et reconnu par tous les pédagogues non seulement en France mais aussi au delà de nos frontières.

La première conséquence des suppressions de postes observées depuis quelques années est l'absence de prise en charge des enfants pendant un an entre la crèche et l'école maternelle. Conséquences pour de nombreuses mères :  ou bien assumer une charge supplémentaire pour payer une nounou, ou bien -pour les plus pauvres- se résigner à retourner à la maison et à perdre son emploi. C'est une immense régression sociale, sans parler des autres conséquences à venir.

Libre à chacun de penser qu'en réduisant une fois de plus le temps scolaire, on améliorera la qualité de l'enseignement. Ils ont déjà dit cela pour la suppression du samedi matin et aujourd'hui Luc Ferry avoue que l'objectif véritable c'est la suppression des 8000 postes des RASED. Avec l'inscription à l'école maternelle à 5 ans (prévue dans le projet Fillon) combien de postes supprimera-t-on ? Et à qui d'autre qu'à des organismes privés un  tel recul social profitera-t-il ?

Dans son rapport rendu public le 10 septembre 2008, la Cour des comptes souligne qu’en raison du désengagement déjà effectif du ministère de l’Éducation nationale, « le taux de scolarisation des 2-3 ans a diminué de 27% entre 2003 et 2007 » et qu’à « la rentrée 2005, 5000 enfants étaient en attente de scolarisation en maternelle », alors que le taux de fécondité ne cesse de croître en France.

« Cette évolution apparaît peu cohérente au regard de la bonne utilisation de l’argent public  : le coût par enfant est moindre s’il est accueilli en maternelle plutôt qu’en EAJE [Établissements d’accueil de jeunes enfants, c’est-à-dire les modes de garde collectifs alternatifs, ndlr] (13 368 € en 2006 en EAJE, contre 4 570 € en maternelle, hors périscolaire). »

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecole en danger      Savez-vous que ?

 

 

Savez-vous que l'accueil en école maternelle pour les 2/3 ans va être remplacé par un système municipal payant baptisé jardin d'éveil ?
Savez-vous que vous payerez deux fois pour ce même service ? Une fois dans les impôts locaux (personnel municipal) et une fois pour l'utilisation de ce service.

Savez-vous que les réseaux d'aide spécialisés aux élèves en difficulté (RASED) vont être supprimés dès la rentrée 2009 ?
Savez-vous que les 2 heures de soutien hebdomadaire n'ont rien à voir avec l'aide fournie par les enseignants spécialisés du RASED ? Le soutien hebdomadaire permet de combler des lacunes ponctuelles alors que l'aide spécialisée permet de traiter les difficultés d'apprentissage.
Savez-vous que les enfants en grande difficulté n'auront donc plus aucune aide adaptée au sein de leur école ?

Savez-vous que les programmes de 2008 sont plus chargés que ceux de 2002 alors que le temps de classe a été diminué de 2 heures par semaine, avec plus de par cœur et moins de compréhension et de réflexion.

 

Savez-vous que la journée scolaire des élèves en difficulté est plus longue que celle des autres élèves ? (2 heures de soutien à répartir dans la semaine hors temps scolaire)

Savez-vous que 5500 postes seront supprimés pour 2009 alors que les effectifs augmentent ?

 

Savez-vous qu'une Agence Nationale du Remplacement va s'occuper du recrutement des remplaçants ? (diminution des exigences, précarité des emplois, bas salaires, congés non payés)
Savez-vous que les remplaçants seront donc des vacataires (emplois précaires) et non plus des enseignants recrutés sur concours ?
Savez-vous que les remplacements de courte durée ne seront donc plus assurés puisqu'il faudra payer les remplaçants au nombre d'heures effectuées … On demandera sans doute aux mairies d’assurer l’accueil….

Savez-vous que vos enfants, dès l'entrée à l'école, sont fichés dans  Base Elèves avec un numéro pour les « suivre » jusqu'à l'âge de 35 ans dans leur  parcours scolaire et dans leur orientation professionnelle ?


Savez-vous que les IUFM (instituts de formation des maîtres) seront supprimés ? formation initiale au rabais pour des enseignants qui devront apprendre sur le tas.

 

Savez-vous que les écoles seront bientôt regroupées en  EPEP (Établissement Public d'Enseignement Primaire) avec à la clé des fermetures de classes (globalisation des effectifs) ?

Savez-vous qu'il est prévu que chaque EPEP soit dirigé par un conseil d'administration ? Ce conseil sera composé d'un directeur (un administratif), et sur les 13 membres du C.A il n'y aura que 3 enseignants et 4 élus parents d'élèves, le reste étant composé d'élus locaux ?

 

Savez-vous que Mr Darcos a décidé de consacrer 220 000 euros du budget de l’éducation nationale pour surveiller sur internet les mouvements des enseignants ?

 

Aidez-nous à arrêter le massacre !

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  DERNIÈRE MINUTE 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

RDV AVEC LE COLLECTIF TOUS POUR L'ECOLE, LE VENDREDI 7 FEVRIER 2009 à 18:30 à PICASSO (SALLE POL MAX FOUCHET) !!!


 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X   Retour au début...



Y

Z

 

  RETOUR HAUT DE PAGE 

 

A01 B02 C03 D04 E05 F06 G07 H08 I09 J10 K11 L12 M13 N14 O15 P16 Q17 R18 S19 T20 U21 V22 W23 X24 Y25 Z26

 

 

 

1-

2-

2-

4-

5-

6-

7-

8-

9-

10-

11-

12-

 

 

 

  Cchoisissez un thème :

</span>BED&gt;</span></a></span></p> </td>